Favoris de IHopeSheWas18

😅 Du vieux avec du vieux

Pride: bon aprĂšs, on fait aussi du cobol
Asph: Ça existe encore ça ?
Pride: ouais, mais on a mieux
Asph: Vas-y, Ă©tonne-moi
Pride: un m1 voulait un sujet en c# et il y en avait deux
Asph: Jusque-là, ça va
Pride: du coup, il a postulé aux deux, mais il a orienté sa candidature pour l'un en particulier
Pride: parce que celui-là nécessitait de faire du cobol, ce qui avait repoussé tout le monde, donc ils étaient moins à vouloir ce sujet
Pride: donc, plus de chances de s'y faire engager
Pride: pendant l'entretien, il a dit adorer les nouvelles et anciennes technologies, et vouloir travailler non pas uniquement avec du neuf ou du vieux, mais avec ce qui marche
Asph: C'est pas con en soi mais faut avoir envie de faire du COBOL
Pride: la rh Ă©tait hyper enthousiaste et lui a dit qu'elle avait un projet parfait pour lui
Pride: du temps passe
Pride: et on finit par recevoir les sujets de mission
Pride: il n'Ă©tait pris dans aucune des deux Ă©quipes
Pride: Ă  la place, il devait travailler avec du langage b
Pride: (prédécesseur du c, c'est pas une blague)
Pride: et là, il se dit qu'il s'est sacrément fait niquer dans le fion, que c'est pas du c# et encore moins une nouvelle technologie
Pride: mais il a lu avec un peu plus d'attention, et...
Pride: ... s'est aperçu qu'il allait travailler sur du b++
Pride: c'est-à-dire un surensemble du B pour faire des objets, développé par et pour le client
Pride: (le tout sur des machines tournant avec ibm os/2)
Asph: Date et heure de la pendaison du mec ?
Pride: immédiatement aprÚs
Score : 604 / 10020 commentaires

😅🔹 PĂ©rimĂ© du casque

Paul : Ah tiens, moment distrayant : j’ai retrouvĂ© un casque de chantier tout Ă  l’heure.
Paul : Tu savais qu’il y’avait une date de pĂ©remption sur ces trucs ?
Blinght : Ah bon ? Merde, du coup faut que je regarde ça pour mes équipes !
Paul : Enfin, une durĂ©e d’utilisation limitĂ©e et aprĂšs la protection n’est plus garantie.
Paul : Donc t’es plus couvert par les assurances et tout le bordel.
Blinght : Tu fais bien de me le dire, j’ai jamais fait gaffe. Du coup tu le jettes ?
Paul : Normalement oui.
Paul : Mais j’ai mis en place un jeu pour ĂȘtre sĂ»r que les gars surveillent les dates.
Paul : On n’en a pas beaucoup alors quand y’en a un de pĂ©rimĂ© (3-5 ans de vie) on me le ramĂšne et je lance le jeu

Blinght : Qui consiste en ?
Paul : Je mets en place le casque sur un support avec une masse à cÎté.
Paul : Je les oblige à mettre leur équipement de sécu (casque, lunettes, gants, chaussures...)
Paul : Comme ça ils vĂ©rifient en mĂȘme temps si y’a d’autres pĂ©remptions sur leur matos.
Paul : 1 coup par personne, celui qui casse le casque a le reste de sa journée libre.
Blinght : Ouai mais les mecs font ça au lieu de bosser ?
Paul : Uniquement pendant les temps de pause du matin. Si il est pas achevé, ca continue le lendemain !
Paul : Faut les voir, tous en demi-cercle autour du mec à qui c’est le tour.
Paul : C’est LE sujet de la semaine (oui, parce que je l’annonce une semaine avant).
Paul : J’ai mĂȘme un mec qui a dĂ©calĂ© ses congĂ©s pour participer (l’égo des bourrins).
Paul : En bon joueur, je frappe le premier (pour amorcer le truc et parce qu’aucune chance de one shot).
Blinght : Mais le truc il dégage en 3-4 coups, non ?
Paul : HĂ© non, justement c’est ça qui est cool !
Paul : Un casque finalement ça tient super bien. Le mini qu’on ait fait c’est 7 coups...
Paul : (mais franchement les 7 qui sont passĂ©s dessus c’était des Conan Les Barbares qui se sont gourĂ©s de siĂšcle, Ă©poque et carriĂšre).
Paul : Le maxi c’est un casque que personne a pĂ©tĂ© (y’en a un qui l’a rĂ©cupĂ©rĂ© et fait un trophĂ©e « plus rĂ©sistant que toute la boite ») !
Paul : Du coup les mecs ils inscrivent leurs noms et je fais la main innocente pour tirer l’ordre de passage.
Paul : Bon, c’est des vrais gamins qui se mesurent la bite et ça se charrie à mort.
Paul : Mais au final ça renforce la cohĂ©sion de groupe et y’a un sujet de discussion sympa !
Blinght : Et ton patron il accepte ça ?
Paul : Il est en 13e position de frappe

Score : 2027 / 18821 commentaires

đŸ€ŁđŸšȘđŸƒâ€â™‚ïž L'escape game qui vous Ă©chappe

@AdrienCorbeel: J'ai travaillé pendant un an comme Game master dans un escape room. Pendant 12 mois j'ai eu l'occasion de voir un bon nombre de choses improbables.
@AdrienCorbeel: Mais il y a une anecdote qui dépasse de loin toutes les autres.
@AdrienCorbeel: C'était il y a deux mois. On venait d'ouvrir une toute nouvelle salle, à l'ambiance un peu étrange. Quelques groupes l'avaient déjà testée, et mis à part certains soucis techniques, ça se passait plutÎt bien.
@AdrienCorbeel: On Ă©tait clairement pas prĂȘt pour ce qui allait arriver.
@AdrienCorbeel: Un groupe de 3 personnes est venu faire la salle en fin de journée. On les enferme et le jeu commence. Ils ne sont pas trÚs doués, du coup on leur donne pas mal d'indices (grùce à un talkie walkie!) pour les aider à résoudre les énigmes. Jusque là, rien d'anormal.
@AdrienCorbeel: Deux choses Ă  savoir sur la salle, qui auront une importance pour la suite :
@AdrienCorbeel: 1) l'escape room est intentionnellement en désordre lorsqu'ils rentrent à l'intérieur
@AdrienCorbeel: 2) pendant le jeu, ils trouvent une arme en plastique
@AdrienCorbeel: Ils arrivent malgré tout à avancer dans le jeu, et atteignent à la fin. Il y a 2 portes : l'une mÚne vers la sortie, et s'ouvre avec une clé. L'autre est fermée avec un cadenas, et mÚne vers une future extension de la salle (mais pour le moment c'est juste une salle de bricolage)
@AdrienCorbeel: Il ne leur reste plus qu'une minute. Pour gagner, ils n'ont qu'à fouiller un peu, trouver une clé et sortir de là. Sauf qu'ils ne la trouvent pas.
@AdrienCorbeel: Ce qu'ils ont entre les mains, à la place, c'est une clé qui leur a déjà servi, et qui normalement ne s'utilise qu'une fois

@AdrienCorbeel: ...et il se trouve que cette clé ouvre le cadenas de la salle de bricolage (ce qu'on ne savait pas évidemment)
@AdrienCorbeel: Donc le groupe ouvre la porte de cette salle qui est un peu sens dessus dessous : il y a des scies, des perceuses, de bouts de bois.
@AdrienCorbeel: Et ils sont persuadés qu'ils sont encore dans l'escape game. Forcément : la salle est en désordre, ce qui est cohérent avec le début du jeu.
@AdrienCorbeel: Ils se mettent donc à fouiller parmi tout ça. De notre cÎté, on ne voit pas trop ce qui passe : on a pas mal d'angles morts, et pas de caméra dans la salle de bricolage. Et pour ne rien arranger, on est occupé à surveiller les autres escape rooms.
@AdrienCorbeel: Ça pourrait trĂšs mal tourner : il y a plein de choses un peu dangereuses dans cette salle, des clous, du matĂ©riel de brico, etc...
@AdrienCorbeel: Mais l’improbable arrive : ils trouvent une clĂ©. Et cette clĂ© ouvre une autre porte.
@AdrienCorbeel: Qui mÚne sur la cour intérieure de l'escape game.
@AdrienCorbeel: Dehors.
@AdrienCorbeel: Le groupe arrive donc maintenant Ă  l'extĂ©rieur. Et ils sont toujours persuadĂ©s d'ĂȘtre dans l'escape game. Il y a mĂȘme un indice, liĂ© Ă  une autre salle dans cette cour, ce qui ne fait que renforcer leur conviction.
@AdrienCorbeel: Normalement, il n'y a pas moyen de sortir de cette cour intérieure. Il y a une porte qui donne sur la cour de l'immeuble d'à cÎté, mais elle est généralement fermée.
@AdrienCorbeel: Mais ce jour-là, forcément, forcément, elle était ouverte. Et ils continuent.
@AdrienCorbeel: Nous, de notre cÎté, on commence à s'inquiéter de ne pas le voir sortir et de ne pas les voir sur nos écrans de surveillance. Finalement, mon collÚgue va voir dans la salle, ne les trouve pas (en plus ils avaient fermé les portes derriÚre eux pour je ne sais quelle raison).
@AdrienCorbeel: Il revient vers moi paniqué.
@AdrienCorbeel: Lui : Je ne trouve plus les clients !
@AdrienCorbeel: Moi : Comment ça tu ne les trouves plus ?
@AdrienCorbeel: Ils sont donc dans la cour de l'immeuble d'Ă  cĂŽtĂ©, et aussi improbable cela soit-il, ils sont toujours persuadĂ©s d'ĂȘtre dans le jeu. Pour leur dĂ©fense, la cour ressemble vachement Ă  un escape game. Il y a mĂȘme une voiture avec la vitre brisĂ©e et les pneus crevĂ©s.
@AdrienCorbeel: Ca fait trÚs déco.
@AdrienCorbeel: Et donc l'aventure continue.
@AdrienCorbeel: Ils rentrent dans l'immeuble à cÎté. Qui n'appartient absolument pas à l'escape game.
@AdrienCorbeel: PersuadĂ©s qu'il ne leur reste plus beaucoup de temps (de fait), ils se dĂ©pĂȘchent et montent les escaliers.
@AdrienCorbeel: À ce moment, je n'ai pas tous les dĂ©tails lĂ , mais je sais en tout les cas qu'ils rentrent dans une piĂšce de l'immeuble (un lavoir peut-ĂȘtre ?) dans laquelle il y a plein de vĂȘtements. Ils les fouillent, mais ne trouvent rien dedans (pas de clĂ©s cette fois-ci).
@AdrienCorbeel: Ils sortent de la piùce, continuent à monter les escaliers, et se retrouvent nez à nez
 face à 2 mecs qui fument un joint.
@AdrienCorbeel: Les deux mecs flippent et se barrent en courant. Pourquoi ?
@AdrienCorbeel: Parce que devant eux se tiennent trois inconnus qui ont un FLINGUE en main.
@AdrienCorbeel: Ils avaient laissĂ© le talkie-walkie dans la salle. Mais le pistolet en plastique, ils l'avaient EVIDEMMENT pris avec eux (il n'est pas extrĂȘmement rĂ©aliste, mais aprĂšs avoir pris un peu de beuh, on ne fait pas forcĂ©ment attention Ă  ce genre de dĂ©tail j'imagine).
@AdrienCorbeel: Le franc tombe.
@AdrienCorbeel: Enfin.
@AdrienCorbeel: Ils rĂ©alisent que l'escape game n'a probablement pas engagĂ© deux gars pour fumer de la beuh devant eux. Et que 20€ par personne pour faire un escape room qui continue dans l'immeuble d'Ă  cĂŽtĂ©, c'est assez improbable.
@AdrienCorbeel: Ils rebroussent chemin, font la route en sens inverse et reviennent dans la salle oĂč on les trouve, Ă  notre grand soulagement.
@AdrienCorbeel: On devenait fous. Eux, par contre sont ravis et nous racontent tout. C'Ă©tait le meilleur escape room de leur vie.
@AdrienCorbeel: Moi Ă  ce moment lĂ  (et depuis) j'ai le cerveau en feu. Parce qu'il y a au moins 5 Ă©normes coĂŻncidences qui se sont suivi les unes aprĂšs pour que ça arrive. Parce que c'est tellement improbable que j'ai moi-mĂȘme du mal Ă  y croire.
@AdrienCorbeel: Et puis aussi, parce que ça aurait pu trÚs mal à tourner. Qu'est-ce qui se serait passé s'ils étaient rentrés dans l'appart de quelqu'un ? Et s'ils s'étaient retrouvés face à quelqu'un de violent ? Comment est-ce qu'on explique ça à la police ?
@AdrienCorbeel: (d'ailleurs ils sont revenus avec un mĂštre mesureur qu'ils avaient trouvĂ©s je ne sais oĂč dans l'immeuble d'Ă  cĂŽtĂ©, persuadĂ© que c’était un indice. Au vol !)
Score : 1672 / 29021 commentaires

Il voulait du thĂ© đŸ”đŸ˜Ź

@Lorien_Angmar: Je viens de prendre un rdv pour me faire installer la fibre. Ça me rappelle que la derniĂšre fois que j'ai reçu un technicien pour la fibre, il m'est arrivĂ©e une histoire qui rĂ©sume Ă  elle-seule l'inutilitĂ© de ma vie.
@Lorien_Angmar: J'avais 19 ans. J'étais jeune et belle (non), et heureuse d'avoir la fibre chez moi. J'accueille le technicien, je vous passe les détails, bref. Il part chercher un truc dans sa voiture. Je laisse la porte de l'appart grande ouverte pour qu'il puisse circuler comme il veut.
@Lorien_Angmar: Le mec revient, et lĂ  SURPRISE : il est pas tout seul. Un mec le suit, un grand black, qui enlĂšve ses chaussures avant d'entrer dans mon appart. Comme le technicien ne disait rien, je me suis dit que c'Ă©tait un collĂšgue Ă  lui et je le laisse rentrer.
@Lorien_Angmar: (Vous le sentez lĂ , que c'Ă©tait une gigantesque erreur ?)
@Lorien_Angmar: Le technicien repart dans ma chambre faire son installation, et son collĂšgue chelou restait dans le couloir Ă  me regarder. Sans rien dire. Du coup je disais rien non plus. Mais je commençais Ă  me demander pourquoi y'avait besoin d'ĂȘtre deux pour rien foutre.
@Lorien_Angmar: Et lĂ , le mec parle enfin. D'une voix toute douce, il me lĂąche : "Tu pourrais me faire un thĂ© ? Il me faut du thĂ© lĂ ." Il avait l'air totalement dĂ©foncĂ©. Je bloque un peu, et il me lĂąche : "Ou une pipe hein, si c'est possible." Moi: DU THÉ C'EST BIEN DU THÉ JE VAIS FAIRE DU THÉ.
@Lorien_Angmar: Donc là, je pars faire chauffer une casserole pour le thé, avec des yeux encore plus méfiants que Pouletto. Me demandez pas pourquoi je l'ai fait, j'étais démunie. Y'avait Bob Marley pieds nus dans mon couloir qui voulait du thé, alors j'ai fait du thé.
@Lorien_Angmar: ET LÀ MEILLEUR MOMENT DE MA VIE. Le technicien sort de ma chambre en me disant : "J'ai bientĂŽt fini". Il voit le gars chelou assis dans ma cuisine avec son thĂ©, mon air paniquĂ©, il me prend Ă  part, et il me dit : "Mais il est Ă©trange votre ami, vous avez besoin d'aide ?"
@Lorien_Angmar: COMMENT ÇA "MON" AMI ?! (Je suis en train de rigoler nerveusement en l'Ă©crivant mais Ă  ce moment lĂ  je rigolais pas du tout)
@Lorien_Angmar: Et je lui fais : "Mais... Je croyais qu'il Ă©tait avec vous". Le technicien me dit non, et lĂ  on se retourne tous les deux vers le gars en mode : "Si il est pas Ă  vous ni Ă  moi, QUE FAIT CET HOMME DANS CETTE CUISINE ?"
@Lorien_Angmar: Le technicien me dit : "Bon je vais appeler la police dans le salon, et vous allez lui parler en attendant, pour pas qu'il réagisse mal." Je prends mes balls à deux main, j'y vais, il était toujours en détente totale avec son thé. Je lui demande ce qu'il fait là.
@Lorien_Angmar: Le gars m'explique en environ 5min vu le niveau de défonce : "Bah j'ai frappé à toutes les portes, mais personne voulait m'ouvrir, et puis j'ai vu votre porte ouverte et vous m'avez laissé rentrer." J'étais donc tombé sur Boucle d'or, version creepy.
@Lorien_Angmar: Sachez que le meilleur moment est Ă  venir. Je lui demande ce qu'il fait dans le quartier, et il me dit en toute dĂ©contraction : "Je traĂźne autour des universitĂ©s, pour vendre ma came, c'est hyper rentable. Des fois je trouve mĂȘme des filles qui font le job"
@Lorien_Angmar: Les filles qui font le job : "des meufs qu'il fait prostituer." Avec le technicien qui m'avait rejoint aprĂšs son appel, on Ă©tait lĂ  : "Ah oui, intĂ©ressant". Y'A UN GARS QUI RENTRE CHEZ MOI ET C'EST LE DODO LA SAUMURE DU QUARTIER VERSION DÉFONCÉ. C'est ça, ma vie.
@Lorien_Angmar: Et lĂ , les flics rappellent mon technicien, ils sont en bas de mon immeuble. Le technicien me fait un signe de tĂȘte, je comprends. Je dis au gars : "Venez on descend, on va vous raccompagner, vous avez l'air fatiguĂ©." Le gars remet ses chaussures et nous suit. NORMAL. DÉTENTE.
@Lorien_Angmar: J'arrive en bas, les flics nous attendent, je sors en courant et je hurle : "IL EST DANS LE HALL, FAITES UN TRUC, ARRETEZ LE, C'EST UN MALADE" Le self-control, c'est moi. Et lĂ , je me mets Ă  pleurer, pour couronner le tout.
@Lorien_Angmar: Les flics vont voir le gars, le technicien leur explique la situation, ils l'embarquent sans poser de questions (vous allez comprendre aprĂšs, c'est magique). Et les flics commencent Ă  m'interroger. Enfin ils essayent, les pauvres.
@Lorien_Angmar: Je pleurais toutes les larmes de mon corps, impossible de m'arrĂȘter. Les flics Ă©taient inquiets : "Il vous a agressĂ©e ? ViolĂ©e ? Il vous a demandĂ© de faire des choses ?" Moi : DU THÉ ! *pleure de plus belle*
@Lorien_Angmar: Et lĂ , un flic me dit cette phrase magique : "Vous pleurez parce qu'il vous a demandĂ© de faire du thĂ© ?" BAH OUI CONNARD, Y'A UN INCONNU QUI RENTRE CHEZ MOI, JE PENSAIS QUE C'ÉTAIT UN TECHNICIEN, C'ÉTAIT UN PROXENETE DEFONCÉ MAIS JE PLEURE PARCE QUE JE PRÉFÈRE LE CAFÉ.
@Lorien_Angmar: Le technicien qui Ă©tait restĂ© (le saint homme) vient Ă  ma rescousse en leur disant : "Bah c'est normal qu'elle soit choquĂ©e quand mĂȘme." Et le flic me dit : "Je comprends. En plus on le connaĂźt, ça faisait un moment qu'on cherchait Ă  l'arrĂȘter, mais on avait du mal Ă  le coincer."
@Lorien_Angmar: C'est pour ça qu'ils l'ont embarqué directement. Et là, on va faire une parenthÚse, mais si j'étais un proxénÚte, et que je m'étais fait coincer par hasard dans un moment de défonce parce qu'une connasse laisse sa porte ouverte, j'aurais eu le seum.
@Lorien_Angmar: Voilà. En vrai j'en rigole avec vous, mais pendant des mois j'ai eu peur de rentrer, et de retrouver le gars devant chez moi qui m'attendait pour se venger. C'est jamais arrivé, et maintenant osef j'ai déménagé.
@Lorien_Angmar: Tout ça pour vous dire que si lundi prochain, le technicien se pointe avec un pote, il a intĂ©rĂȘt Ă  me prĂ©senter un extrait de son casier judiciaire avant de rentrer chez moi. VoilĂ . C'Ă©tait l'histoire de ma vie.
Score : 3804 / 29046 commentaires